La divinité Durga


Durgâ symbolise la destruction du mal. Gardienne du Dharma (Loi universelle de la nature qui s’exprime en chacun de nous), chevauchant un tigre ou un lion qui n’est autre que Shiva (Dieu de la destruction), elle est protectrice, toujours prête à combattre les démons de l’ignorance. Elle est souvent représentée avec huit bras chargés de nombreux attributs : le trident, le sabre, le pot à eau, la massue, le serpent, l’arc et la flèche, le tambour, la conque, le bouclier, la cloche et la roue (chakra) autour d’un doigt.

Elle est particulièrement vénérée lors de la Durgâ-pûjâ en octobre-novembre. Cette fête dure dix jours et s’appelle aussi Nava-râtri (les neuf nuits) et chaque jour met à l’honneur un aspect différent de Durgâ. Ses dévots font un jeûne de neuf jours à l’issue desquels de longues processions traversent les rues pour aller immerger dans l’eau des statuts éphémères de la déesse. C’est le triomphe du Bien sur le Mal.